Terre de Territoires

logo de l'agence Terre de Territoires

Pôle Énergie, climat et territoires

Réduction des émissions de GES, Stratégies d’adaptation, Politiques énergétiques locales, Mobilisation des habitants

L

Le changement climatique et les enjeux à la fois cruciaux et systémiques, font l’objet d’une documentation dense, d’analyses détaillées et de nombreuses études régulièrement mises à jour. Ces connaissances sont très largement partagées et souvent débattues.

Il nous a semblé plus utile d’introduire notre pôle ‘Changement Climatique et Territoires’ par les ambitions politiques et les actions locales qu’elles portent, au bénéfice d’une transition durable pour toutes les personnes qui habitent et vivent dans les territoires, et naturellement pour les territoires eux-mêmes. C’est à ce titre que nous partageons avec vous 4 dates qui nous apparaissent déterminantes dans la compréhension, la prise de conscience et dans l’impérieuse nécessité d’agir : 1972, 1992, 2002 et 2015.

Depuis 1988, c’est le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) qui est chargé d’évaluer la réalité, les causes et les conséquences du changement climatique en cours.

Bien que ces dates fassent référence à des évènements mondiaux, nous sommes convaincus que l’ambition et les action locales constituent les clés de la réussite. Notre propos et surtout l’expertise que nous vous proposons s’inscrivent clairement dans cette voie.

Pôle Changement climatique et Territoires

Pôle Énergie, Climat et Territoires

Le Changement climatique et le développement durable en 5 dates : 1972 – 1988-1992 – 2002 – 2015

1972

Conférence des Nations Unies sur l’environnement, du 5 au 16 juin 1972, Stockholm et le Club de Rome

En 1972, la Conférence des Nations Unies sur l’environnement qui se tient à Stockholm est la première conférence mondiale qui fait de l’environnement une question majeure. Les participants y adoptent une série de principes pour une gestion écologiquement rationnelle de l’environnement dont la Déclaration de Stockholm, le Plan d’action pour l’environnement ainsi que plusieurs résolutions.

Quelques années auparavant, c’est le Rapport Meadows qui autour d’une équipe de chercheurs du MIT met en évidence les limites à la croissance de notre modèle sociétal actuel. Sur la base d’un modèle mathématique, ces chercheurs arrivent à la conclusion que la croissance matérielle perpétuelle conduira tôt ou tard à un « effondrement » du monde qui nous entoure, plus précisément une diminution brutale de la population accompagnée d’une dégradation significative des conditions de vie.

1992

Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement (CNUED), du 3 au 14 juin 1992, Rio de Janeiroaussi connue sous le nom de Sommet Planète Terre ou Conférence de Rio

La CNUED a proclamé le concept du développement durable comme un objectif atteignable pour chacun de par le monde, que ce soit au niveau local, national, régional ou international.

Le développement durable est un mode de développement qui répond aux besoins des générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Il fut le fruit du travail de la Commission mondiale pour l’environnement et le développement créée en 1983 dont l’aboutissement fut le Rapport dit Rapport Bruntland, du nom de Mme Gro Harlem Bruntland qui présida cette commission.

En 1992, la CNUED a reconnu que l’intégration et l’équilibre des préoccupations d’ordre économique, social et environnemental dans la satisfaction de nos besoins sont vitaux pour le maintien de la vie humaine sur la planète et qu’une telle approche intégrée est réalisable si les esprits et les mains travaillent ensemble. Elle a par ailleurs reconnu que l’obtention de ce type d’intégration et d’équilibre des dimensions d’ordre économique, social et environnemental nécessite de nouvelles perceptions de la manière dont nous produisons et consommons, de la façon dont nous vivons, nous travaillons, nous nous entendons et prenons nos décisions.

2002

Sommet mondial pour le développement durable, du 26 août au 4 septembre 2002, JohannesburgDéclaration de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur la situation critique de l’environnement planétaire et les propositions de la France pour un développement durable, (pour le discours complet, voir ce lien)

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

Notre maison brûle et nous regardons ailleurs. La nature, mutilée, surexploitée, ne parvient plus à se reconstituer et nous refusons de l’admettre. L’humanité souffre. Elle souffre de mal-développement, au Nord comme au Sud, et nous sommes indifférents. La terre et l’humanité sont en péril et nous en sommes tous responsables.

Il est temps, je crois, d’ouvrir les yeux. Sur tous les continents, les signaux d’alerte s’allument.

(…)

2015

Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques de Paris (COP 21), le 12 décembre 2015, Paris – dit Accord de Paris qui énonce des objectifs à long terme destinés à orienter l’ensemble des nations :

  • Réduire considérablement les émissions mondiales de gaz à effet de serre dans le but de limiter à 2 °C le réchauffement planétaire au cours du siècle présent, tout en poursuivant l’action menée pour le limiter encore davantage à 1,5 °C ;
  • Réévaluer les engagements nationaux tous les cinq ans ;
  • Fournir aux pays en développement des ressources financières pour atténuer les changements climatiques, renforcer la résilience et accroître les capacités d’adaptation aux effets produits par ces changements.